Conseils et outils / Manger en toute sécurité

L’Allergie au glutamate monosodique est-elle possible?

Vous avez déjà entendu parler du « Syndrome du restaurant chinois »? On réfère ici à une panoplie de symptômes désagréables ressentis une 20 aine de minutes après l’ingestion d’un repas contenant du glutamate monosodique (GMS). Mais outre les inquiétudes de certains concernant les impacts de sa consommation à long terme*, le GMS peut-il vraiment provoquer une réaction allergique?

Le GMS est un rehausseur de saveur utilisé depuis belle lurette en Asie. Traditionnellement, il est extrait des algues. De nos jours, il peut être synthétisé ou purifié à partir de la canne à sucre ou de la betterave. Notons aussi qu’il est naturellement présent dans plusieurs aliments. Les restaurants ne sont pas les seuls à l’employer, l’industrie alimentaire utilise le GMS dans de nombreux produits transformés, afin d’accentuer les saveurs des aliments.

Les réactions adverses rapportées par les personnes qui y sont sensibles.
Parmi les symptômes, on parle de sensation de brûlure, de vision trouble, de frissons et tremblements, d’accélération du rythme cardiaque, de nausée et vomissements, d’une sensation de pression faciale, de maux de tête, de douleurs au dos, au cou ou au thorax. Ces symptômes tendent à disparaître environ deux heures après la consommation du GMS.

Peut-on considérer cela une allergie?
Selon Santé Canada « Chez certaines personnes, la consommation de [GMS] peut provoquer des réactions de type allergique ou une réaction d'hypersensibilité ».**
Ici on parle d’une réaction de « type allergique » et non pas d’une allergie.

D’une part, les réactions allergiques sont causées par des protéines alimentaires et le GMS n’est pas une protéine, mais bien un acide aminé.
Deuxièmement, les réactions au GMS n’impliquent pas le système immunitaire. Il faudrait donc parler de sensibilité chimique, plutôt que d’allergie.

Néanmoins, les inconforts vécus chez les personnes qui y sont sensibles sont importants.
Pour ce groupe, il faut donc éviter la consommation du produit, qu’il soit ajouté à une recette ou qu’il soit naturellement présent dans un aliment.

Les sources naturelles les plus courantes :
Les tomates et le jus de tomate, les raisins et le jus de raisin, d'autres jus de fruits, les champignons, le maïs, les petits pois, et des fromages tels que le parmesan ou le Roquefort.

Alors, qu’en est-il de la mention « sans MSG » ou « sans GMS »?
Lorsque le MSG est ajouté à la recette, sa mention est règlementée. Toutefois les mentions « sans GMS » ou « sans MSG » peuvent être trompeuses, car il n’est pas obligatoire, pour un fabriquant, de mentionner le GMS de source naturelle.

Enfin, le GMS demeure pour plusieurs un sujet controversé. Malgré qu’aucune étude ait clairement démontré qu’il pose danger, Santé Canada spécifie, tout de même, d’en faire un usage modéré et de respecter certains dosages de GMS dans les recettes.

Références
http://www.allergique.org/?lang=fr
https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/salubrite-aliments/additifs-alimentaires/foire-questions-glutamate-monosodique.html
https://www.eatrightontario.ca/fr/Articles/Sensibilite-a-certains-aliments-(allergies-intolerances)/Tout-sur-le-glutamate-monosodique-(ou-MSG).aspx
https://www.allergies-alimentaires.org

[*] Selon Santé Canada le glutamate monosodique n’est pas considéré un additif alimentaire et ne représente pas de danger pour la santé, en soi. Pour plus d’informations consultez : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/salubrite-aliments/additifs-alimentaires/foire-questions-glutamate-monosodique.html

[**] Santé Canada https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/salubrite-aliments/additifs-alimentaires/foire-questions-glutamate-monosodique.html

Partagez l'article :
Pas de commentaires pour le moment

Soumettre un commentaire