Manger équilibré / Allergie alimentaire

Testez vos connaissances en matière d’allergies alimentaires : Vrai ou Faux sur les étiquettes nutritionnelles

Pour une personne vivant avec des allergies alimentaires, ainsi que son entourage désirant lui préparer un repas, savoir bien lire les étiquettes est indispensable afin d’éviter les réactions allergiques.

En espérant vous aider à retenir quelques règles de base, voici quelques questions pour tester vos connaissances.

1. Lire les étiquettes présente un défi en raison des synonymes utilisés pour référer à certains allergènes.

VRAI
Depuis 2012, les fabricants sont tenus d’identifier les 10 allergènes prioritaires par leur nom usuel (c'est à dire : arachides, noix, produits laitiers, poisson, crustacés et mollusques, sésame, moutarde, soya, blé, œufs et sulfites). Ceux-ci figurent dans la liste d’ingrédients ou sous la mention « Contient : ». Il va de même pour les sources de gluten (orge, avoine, seigle, triticale et blé).

Toutefois, le fabricant peut utiliser des synonymes lorsqu’il réfère à tous les autres ingrédients auxquels une personne peut être allergique. Ainsi, lorsque notre allergie concerne un ingrédient autre, il faut apprendre les synonymes en question, avant de lire les étiquettes attentivement.

2. Les fabricants doivent signaler un changement dans la composition de leurs recettes afin de protéger les personnes allergiques.

FAUX
Le fabricant peut changer la liste de ses ingrédients, sans signaler qu’un changement a eu lieu. Il est donc important de lire l’étiquette chaque fois qu’on achète un produit, même ceux qu’on croit bien connaître.

3. Un logo « sans allergène », comme l’arachide barrée, signifie que le produit a été vérifié par un inspecteur indépendant pour certifier qu’il ne contient pas d’allergènes.

FAUX
Les lois actuelles n’exigent pas que de tels logos soient régis par des organismes indépendants, comme c’est le cas par exemple pour les produits biologiques. Ainsi les fabricants peuvent utiliser des logos « sans allergènes » simplement parce que l’ingrédient ne figure pas dans leur recette. Il peut donc y avoir un risque de contamination accidentelle.

Le programme de certification Allergène ContrôléMC est la seule entité indépendante à certifier les produits transformés sécuritaires pour les personnes allergiques.
Si vous avez des doutes sur un aliment emballé, contactez le fabricant pour vous assurer que l’allergène qui vous concerne ne se retrouve ni dans votre produit ni dans d’autres produits fabriqués ou emballés dans la même usine. Cliquez pour plus d’information à ce sujet.

4. L’utilisation de la mention « Peut contenir », lorsqu’il existe un risque de contamination croisée par un allergène alimentaire, est surveillée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

VRAI
Bien que la mention ne soit pas obligatoire, elle est surveillée par les inspecteurs de l’ACIA et de la MAPAQ. S’il existe un risque réel de contamination par un allergène alimentaire, les inspecteurs de l’ACIA et la MAPAQ sont censés vérifier que la mention « Peut contenir » figure sur l’étiquette du produit. Si ce n’est pas le cas, le fabricant devra cesser de le produire et de le distribuer immédiatement. Le produit concerné fera ensuite l’objet d’un rappel.

Dans le cas contraire, c’est-à-dire si l’inspecteur détermine qu’il n’y a aucun risque réel de contamination et que la mention « Peut contenir » figure tout de même sur l’étiquette, le fabricant devra la retirer lors des impressions subséquentes de l’emballage.

Si certaines de ces réponses vous semblent surprenantes, vous n’êtes pas seul; les allergies alimentaires sont en croissance et sont identifiées comme un problème de santé publique depuis quelques années seulement. Comme dans toute chose, une fois que la méthodologie est acquise, la vérification des étiquettes nutritionnelles devient seconde nature. Et heureusement, l’industrie alimentaire est de plus en plus sensibilisée en matière d’allergies.

Partagez l'article :
Pas de commentaires pour le moment

Soumettre un commentaire