Manger équilibré / Allergie alimentaire

Cocktails et allergies alimentaires, un bon mélange?

Avec l’arrivée sur les tablettes de nombreux spiritueux québécois, les cocktails semblent plus populaires que jamais. Mais qu’en est-il des risques de s’adonner aux plaisirs de la mixologie pour une personne vivant avec des allergies alimentaires?

L’étiquetage des spiritueux

Amandes, blé, soya, arachides... La personne allergique doit lire attentivement l’étiquetage nutritionnel de tous les aliments qu’elle consomme et les spiritueux, à la base de plusieurs cocktails, ne font pas exception. Étant donné que les producteurs de spiritueux normalisés ne sont pas tenus d’appliquer la loi sur l’étiquetage des allergènes, il faudra dans bien des cas se renseigner auprès du fabricant, pour connaître la composition exacte de ces boissons.

Certaines personnes allergiques opteront pour des alcools dont l’ingrédient de base est peu associé aux allergies alimentaires, tels que la tequila (fait à partir agave) et le rhum ordinaire (fait à base de sucre de canne).

Les allergènes dans les mélanges*

De nombreux mélanges intègrent certains allergènes prioritaires tels les œufs crus, la crème et le lait.

Pensons à la mousse onctueuse sur les Sours, Pisco Sour, Amaretto Sour et Whisky Sour, souvent obtenue en fouettant des blancs d’œufs.

Tandis que les produits laitiers entrent parfois dans la fabrication de classiques comme, les Piña Colada, White Russian et cafés spéciaux. À cet égard, il faut également se soucier des mélanges commerciaux, dont ceux utilisés pour faire les Margaritas.

Bien entendu le Bloody Caesar, renfermant du jus de palourdes, ne peut être consommé par la personne allergique aux fruits de mer.

Attention également à la garniture du breuvage choisi!

*veuillez noter que la liste de nos exemples n’est pas exhaustive.

La contamination croisée

Même si l’allergène à éviter n’entre pas dans la composition du cocktail choisi, il faut se méfier de la contamination croisée, en s’assurant que le mélangeur, les ustensiles, la planche à découper, les pailles, les verres, les linges, les tabliers, autant que les mains, ne soient pas contaminés par la préparation d’une boisson proscrite pour la personne allergique.

Dans plusieurs situations, il sera préférable d’y aller avec les options nécessitant peu de manipulation et outils, afin de réduire les risques.

Rester vigilant

Les allergies alimentaires ne prennent pas de vacances lorsqu’on fait la fête. Il faut donc rester vigilant malgré la consommation d’alcool. D’une part, de garder ses bonnes habitudes en prenant un verre, mais également en mangeant les bouchées qui l’accompagnent. De plus, la règle de base demeure : il est essentiel d’avoir son auto-injecteur avec soi en tout temps.

Sur ce, à votre santé!

Partagez l'article :
Pas de commentaires pour le moment

Soumettre un commentaire